Passion.vfr


Aller au contenu

L'entretien après la saison d'été

ENTRETIEN

Revue technique vfr750

L'entretien après la saison d'été


Guide hivernage à télécharger

De retour de vacances, votre moto mérite bien une petite revision, car les conditions d’utilisation estivale ne sont pas toujours faciles pour la mécanique (chaleur et poussière). Un petit tour d’horizon pour les niveaux et le nettoyage, peut-être une vidange moteur, tout cela permet de conserver les atouts pour la fiabilité et la longévité.



7 conseils pour une reprise en toute sérénité
1. Nettoyez et graissez la chaîne
Pendant les vacances, la chaîne de transmission travaille plutôt dans la poussière que sous la pluie. Or cette poussière s’amalgame avec la graisse de la chaîne. Si vous étiez dans un coin sablonneux, c’est encore pire. Pour assurer sa longévité, avant de graisser de nouveau, un nettoyage préalable est utile. Le mélange poussière/sable/graisse est plus abrasif que lubrifiant. Utilisez une bombe de nettoyant pour chaîne (à brosse intégrée) ou, à défaut, un chiffon imbibé de solvant qui n’attaque pas les joints toriques, genre White Spirite ou pétrole. Puis graissez abondamment en insistant sur les points durs, là où deux maillons présentent quelques difficultés à tourner l’un autour de l’autre.

2. Complétez le vase d'expansion
Les températures estivales élevées provoquent l’inévitable baisse de niveau du vase d’expansion, réserve de liquide du circuit de refroidissement. Si vous n’avez pas surveillé ce niveau pendant votre voyage, il est à compléter avec du liquide de refroidissement. On n’ouvre jamais le bouchon du radiateur. Si le vase est vide parce que négligé, il peut manquer de liquide dans le radiateur. Contentez-vous de compléter le vase, le radiateur va se servir dedans automatiquement. À vous de surveiller le niveau du vase par la suite.

3. N'oubliez pas la batterie classique
La température ambiante élevée et les longs kilométrages en pleine charge font baisser le niveau d’électrolyte dans la batterie, sauf pour celles « sans entretien », dont les bouchons sont scellés et que vous ne devez jamais ouvrir. Le niveau d’une batterie classique est visible au travers des parois transparentes, contrairement aux « sans entretien », qui sont opaques. Retirez les bouchons de remplissage, complétez (avec de l’eau déminéralisée de préférence) jusqu’au niveau maxi indiqué.

4. Vérifiez le filtre à air
Évoluer dans un environnement sec et poussiéreux a pour conséquence de gaver le filtre à air. Son rôle est justement de retenir ces particules indésirables pour la santé du moteur, en particulier le sable des bords de mer quand il est soulevé par le vent ou les autres véhicules. Mais il faut lui nettoyer ses « bronches » pour que votre moto
respire bien. Avec un filtre en mousse, démontez et nettoyez au solvant. Avec un filtre en papier (bien plus répandu), si vous n’avez pas d’air comprimé sous la main pour expurger les saletés, un aspirateur ménager suffisamment puissant est parfaitement capable de les extraire par le côté de l’entrée d’air.

5. Vidangez, même en avance
Votre moteur a consommé un peu plus d’huile que d’ordinaire ? Cette augmentation est normale et presque systématique avec un moteur refroidi par air par forte chaleur. La température de fonctionnement étant plus élevée, l’huile résiste moins, passe plus facilement dans la chambre de combustion pour y brûler. Avec un refroidissement liquide, la température y est régulée. Moteur refroidi par air ou par eau, si la précédente vidange n’est pas récente, un lubrifiant qui commence à vieillir perd de ses capacités de résistance et se dégrade plus vite (sauf l’huile 100 % synthèse). N’hésitez pas à faire la vidange un peu plus tôt que prévu d’après le kilométrique parcouru. Vous constaterez par la suite que la consommation a diminué, l’huile neuve disposant de toutes les qualités requises.

6. Contrôlez vos plaquettes de freins
Le parcours des vacances, effectué souvent chargé de bagages et en duo, a forcément usé les plaquettes de freins. Mieux vaut contrôler l’épaisseur restante des garnitures de ces plaquettes. Il faut y penser car des plaquettes amincies ont une perte d’efficacité tellement progressive qu’il est difficile de la sentir au fil du temps. Enlevez leur capotage en plastique sur l’étrier ou utilisez une lampe de poche pour vérifier leur épaisseur. Il doit rester au moins 1 mm de garniture.

7. Inspectez et nettoyez la fourche
Les tubes de fourche sont souvent des protections en plastique, afin d’éviter les projections de gravillons, mais aussi les insectes qui s’y écrasent. Vérifiez où en sont vos tubes car les moucherons et les moustiques sèchent et durcissent sur ces tubes. Cela peut aller jusqu’à perturber le bon travail des joints spi de fourche, les abîmer et provoquer des suintement d’huile de fourche. Ces salissures sont parfois très difficiles à faire disparaître. Utilisez une éponge dont le verso est un grattoir. Cela ne risque pas d’attaquer le chrome très dur et nettoie à coup sûr.

retour page d'accueil

PAGE D'ACCUEIL | MON LIVRE D'OR | MOTO ASTUCES | ENTRETIEN | FORUM | EVOLUTION DE LA VFR DE 1986 à 2006 | FICHES TECHNIQUES VFR | GALERIE VFR 400 | GALERIE VFR 750 | GALERIE VFR 800 | PETITES ANNONCES GRATUITES | BALADES MOTO | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu